Site icon Blog Cyclofix – Réparation de vélo à domicile

Préparer son voyage à vélo en 7 étapes

Temps de lecture : 7 minutes
Source : https://unsplash.com/photos/1zv1p3jvDBo

Préparer son voyage à vélo en 7 étapes

Deux avis font forcément consensus : le vélo c’est trop cool, et les vacances aussi. Imaginez un peu ce que donne la combinaison des deux ! On parle bien de voyager à vélo 😍 Le cyclotourisme a le vent en poupe : 4% des français pratiquent le vélo voyage selon l’Union Sport & Cycle pour AG2R La Mondiale.

Vous en êtes adepte ? Si la réponse est non, peut-être que l’idée d’essayer germe en vous. Si tel est le cas, c’est votre jour de chance : on vous donne toutes les cartes pour préparer au mieux votre périple. Par contre on préfère prévenir, si vous n’y songiez pas, cet article vous donnera sûrement envie de profiter de vacances au soleil, mais à vélo.

1 — Définir son voyage à vélo

Un voyage, ça se prépare. Pour commencer, vous allez devoir définir les conditions de votre trajet. Pour ce faire, posez-vous les bonnes questions. Est-ce que vous souhaitez partir :

Après avoir posé cette base, il faudra créer votre itinéraire. Des sites et app comme Komoot, Strava, Géovélo ou France Velo Tourisme vous aideront à tracer votre trajet en vous renseignant entre autres sur le nombre exact de kilomètres à parcourir ou le dénivelé du trajet.

2 — S’entraîner

Le corps humain regorge de mystères. Il a notamment une capacité d’adaptation folle. Alors certes, au fil des kilomètres, pédaler se fait de plus en plus facilement.

Pour autant, attaquer un voyage en vélo sans aucun entraînement préalable n’est pas fait pour tout le monde…

Avant le grand départ, quelques jours à apprendre à connaître votre vélo ne vous feront pas de mal. Bien au contraire même, cela vous aidera à savoir ce dont vous aurez besoin en cours de route.

Sans compter qu’on ne roule pas de la même façon avec et sans chargement. Si vous êtes habitué.e à pédaler léger, et que vous ne prenez en compte vos bagages qu’une fois le coup d’envoi du voyage lancé, vous risquez de vous retrouver assez rapidement avec des douleurs. Pour des vacances réussies, ce n’est pas vraiment l’idéal…

Vous entraîner dans les conditions de votre trajet va vous permettre de savoir combien de kilomètres par heure, ou par jour, vous pouvez parcourir.

Ainsi, vous serez en mesure de mieux calculer votre itinéraire qu’il s’agisse d’un super long voyage jusqu’au Paraguay, ou d’un petit week-end dans la Drôme.

3 — Choisir et réviser son vélo

Plusieurs types de vélo peuvent convenir à un voyage :

Pour choisir le bon, il faut que vous puissiez définir votre voyage en termes de :

Pour plus d’aisance dans vos déplacements, vous pouvez opter pour ces vélos dans des versions qui comprennent une assistance électrique.

Si vous partez pour peu de temps et que vous êtes en mesure d’affirmer que vous ne rencontrerez pas de boue sur votre chemin, un vélo de ville peut aussi faire l’affaire.

Votre choix se fera principalement en fonction de votre budget et de vos préférences, mais pour un long voyage, on vous conseille vivement d’opter pour un vélo robuste que vous pourrez garder longtemps. Un modèle avec lequel vous pourrez faire de multiples voyages.

Vous n’êtes pas équipés avec un vélo adapté ? Pensez à le louer ! C’est un bon compromis pour votre premier voyage. Ça vous permet de tester votre appétence pour le cyclotourisme ou d’essayer un vélo avant de l’acheter. L’agence de location Paulette vous permet même de le louer au départ de votre trajet et de le déposer dans une de leurs agences à l’arrivée. Tout benef’ !

Pour éviter au maximum de rencontrer des pépins techniques pendant votre voyage, vérifiez l’état de votre vélo avant le jour du départ.

Vous devez posséder tout l’équipement légal et :

Avec tout ça, vous serez parés pour tous les basiques des réparations à connaître lorsque l’on fait de l’itinérance : changement de chambre à air, réglages des freins, ou tous les pépins techniques à régler avant d’arriver à votre point de chute du soir. Ça tombe bien car on a quelques tutos pour vous aider à vous former juste ici !

L’idéal reste de faire faire un check-up de votre vélo par un.e pro. Vous pouvez faire appel à Cyclofix, un réparateur pourra vous montrer les gestes d’entretien à adopter.

4 — Se loger

En tant que cyclonomade, se loger, c’est vraiment toute une organisation.

Croyez-le ou non, mais pour nous faciliter la vie, il existe un label “accueil vélo” . Il permet de trouver des hébergements qui sauront vous accueillir, vous et votre compagnon de route.

Pour vivre un voyage digne de Pékin Express, vous pouvez toujours tenter de dormir chez les habitants des endroits que vous traversez. On ne vous garantit pas que ça marche à tous les coups, mais si vous tombez sur une personne prête à vous ouvrir sa porte, la solution s’avérera économique, et promet des rencontres impromptues.

Vous avez aussi l’option des campings à la ferme ou des campings municipaux. Très accueillants, ils sont surtout peu chers. Pensez à réservez en amont si vous êtes sur un itinéraire populaire ou pendant les vacances scolaires.

Source : https://unsplash.com/photos/1zv1p3jvDBo

Chez Cyclofix, on a pas mal de fans de bivouac. Économique, ça permet de vivre de vraies aventures. Pensez quand même à respecter la nature qui vous héberge en ne laissant aucune trace de votre passage ! Si vous traversez des zones très urbanisées, on vous le déconseille. La plupart du temps, c’est interdit. Si vous êtes déterminé.e.s à le pratiquer, renseignez-vous sur la loi en vigueur dans la région concernée.

5 — S’habiller

Vous aurez besoin de vêtements dans lesquels vous vous sentez bien. Pour autant, votre tenue doit être adaptée au défi des vacances à vélo. Mieux vaut prévoir des tenues légères mais techniques. Enfilez :

Et vous voilà prêt pour partir à l’aventure.

Pour les matinées, qui sont parfois plus froides, on vous conseille de ne pas négliger quelques hauts de sport à manches longues.

Petit détail qui a son importance : si vous rencontrez de la pluie (on ne vous le souhaite pas !), selon les matières qui les composent, vos chaussures pourraient rester mouillées un bon bout de temps. Pour éviter cette expérience des plus désagréables, des couvre-chaussures vous seront d’une grande utilité.

Enfin, consulter la météo reste le meilleur moyen de savoir quelles tenues emporter avec vous.

6 — S’équiper

Pour des vacances sans pépins, vous allez devoir partir léger, mais bien équipé.e. Investir dans du matériel solide et durable, c’est le conseil qu’on ne cessera pas de vous rabâcher !

Certes le bon matériel a un coût, mais c’est un moindre mal quand on pense aux économies réalisées grâce au fait de se déplacer à vélo.

Votre vélo, c’est votre compagnon (de route), gâtez-le, traitez-le avec amour, offrez lui ce qu’il mérite, et il vous le rendra bien !

Pour vous en occuper au mieux pendant votre séjour, vous aurez besoin de matériel de réparation.

Chose parfois difficile à faire, vous ne devrez emporter que l’essentiel. Pour cela, mieux vaut bien connaître son matériel et savoir l’utiliser. On en revient à l’entraînement, il vous permettra de voir ce dont votre vélo à besoin, et par conséquent, ce qu’il vous faudra emporter.

Parmi les basiques à prendre avec vous pour un voyage à vélo ?

Votre équipement conditionnera votre confort et jouera énormément sur votre motivation au quotidien. Autant que possible, ne lésinez pas sur sa qualité.

Source : https://unsplash.com/photos/1zv1p3jvDBo

En parlant d’équipement, comment on trimballe tout ça ? Ce qui est sûr, c’est qu’on ne vous conseillera pas de rouler affublé d’un gros sac à dos. Vous vous fatiguerez trop rapidement. Il est préférable de charger le vélo.

Le choix vous revient.

Quoi qu’il en soit, pendant un voyage, de petits plus peuvent faire de grandes différences. Pour un peu de confort, vous pouvez vous doter :

Et l’astuce la plus motivante qu’on puisse vous donner : utilisez un compteur kilométrique pour savoir où vous en êtes et vous auto-congratuler.

7 — Se repérer, s’orienter et rouler à vélo

Vous avez défini un itinéraire qu’il va vous falloir réussir à suivre. Mieux vaut avoir le sens de l’orientation. Ce n’est pas votre cas ? Rien n’est perdu. Il y a plein d’astuces pour vous assurer de garder le cap. Vous pouvez emporter une carte, ou opter pour un GPS.

En plein trajet, si le GPS à vélo vous guide facilement, vous n’êtes jamais à l’abri d’une batterie faible ou d’un défaut de réseau. Pour pallier ces possibilités, une carte reste l’option la plus fiable. Pour ne pas avoir à vous arrêter à chaque hésitation, vous pouvez vous équiper d’un porte-cartes, ou d’une sacoche à placer au niveau du guidon. Vous pourrez y ranger votre carte.

Avec ces conseils, vous êtes fin prêt.e à changer d’air à vélo. Mais n’oubliez pas, le plus important pour se lancer dans un voyage à vélo, que ce soit seul.e ou accompagné.e, c’est de le vouloir, et surtout, de se faire confiance !

Et en bonus, quelques contenus sympas pour creuser :

Quitter la version mobile