Guides et conseilsGuides vélos électriques

Les types de moteurs de VAE : tout savoir pour faire le bon choix

Temps de lecture : 5 minutes

Les types de moteurs de VAE : tout savoir pour faire le bon choix

Qu’on se le dise, pour un vélo à assistance électrique, le moteur est central. Et oui, c’est un peu le cœur du système puisqu’il crée et diffuse l’énergie nécessaire pour assister le vélotafeur dans son effort. Pas de moteur = pas d’assistance, un peu dommage non ? 😅

De quoi est-il constitué ? Comment fonctionne-t-il ? Comment bien le choisir ? Dans cet article, on va faire le point sur les différents types de moteurs de VAE. Notre objectif ? Comme d’habitude, vous aider à faire le bon choix ! 💪🏻

Rapide rappel : qu’est-ce qu’un VAE ?

Impossible de démarrer cet article sans une piqûre de rappel sur ce qu’est un VAE. C’est un Vélo à Assistance Électrique qui permet de bénéficier d’une aide électrique au pédalage allant jusqu’à 25 km/h. Sauf pour les Speed Bike, des VAE particuliers, qui offrent une assistance électrique jusqu’à 45 km/h mais qui sont encadrés par une législation spéciale (voir notre dossier complet).

Un VAE possède un moteur et une batterie qui créent et transmettent l’énergie pour vous aider à avancer en minimisant vos efforts. Confort garanti ! ⛱

Les achats de ce type d’engin ont explosé (+29% de vente en 2020). Abordables, maniables, performants, les vélotafeurs apprécient ce mode de transport plus écologique et sa flexibilité d’action. Les VAE loisirs ne sont pas en reste et connaissent, eux aussi, une très forte hausse des ventes (+46% des ventes entre 2019 et 2020).

Comment fonctionne un moteur VAE ?

Très simplement ! 👌🏻

Après avoir mis sous tension le système de commande (via une clé ou un interrupteur), votre moteur s’allume. Il ne se met pas encore en marche puisqu’il a besoin de votre force de pédalage pour le faire.

Quand vous commencez à pédaler, un capteur de pédalage envoie un signal électrique au contrôleur.

Le contrôleur, gestionnaire central de l’assistance électrique, fait le lien entre la batterie (qui est la source d’énergie) et le moteur. Grâce aux informations envoyées par le capteur de pédalage, la puissance du moteur s’ajuste pour vous proposer l’assistance au pédalage la plus fluide possible. Certains vélos (d’entrée de gamme) ont un capteur de pédalage qui ne mesure que la rotation des pédales et ne permet pas d’ajuster la puissance, mais plutôt de fonctionner sur un mode ON / OFF.

Pour faire simple, dans le fonctionnement, un vélo à assistance électrique n’est guère différent d’un vélo traditionnel mécanique. Une fois le moteur opérationnel, vous pédalez et passez vos niveaux de vitesse comme vous le feriez avec un vélo classique. Ah oui, pour avancer, il va falloir quand même pédaler. Ce sont vos cuisses et vos mollets qui vont être ravis 🤩(et c’est une excellente activité pour le système cardio-vasculaire !).

Quels sont les différents types de moteurs VAE ?

Il existe deux sortes de moteurs destinés au vélo électrique : les moteurs pédaliers et les moteurs roues. Mais en réalité, 3 options sont possibles :

  1. Le moteur pédalier
  2. Le moteur roue avant
  3. Le moteur roue arrière

Vous l’avez sans doute deviné, les moteurs pédaliers sont situés à la hauteur du pédalier du vélo. Et oui, pas de piège ici !

Quant aux moteurs roues, ils se situent au niveau de la roue avant ou arrière du VAE.

Côté performance, les deux types de moteurs sont efficaces.

Niveau assistance (et oui, le but c’est quand même de gagner en confort et de moins se fatiguer !), ils offrent une assistance jusqu’à 25 km/h.

Quel moteur VAE choisir pour son vélo ?

Les bonnes raisons d’opter pour un moteur pédalier :

Un seul mot : fluidité ! Clairement, un moteur pédalier, via son lien avec la transmission, a plus de couple qu’un moteur roue. Résultat des courses ? Une meilleure répartition de votre poids sur le vélo et un centre de gravité abaissé.

Moteur pédalier Bosch
  • ✅ Le petit + : la facilité à changer la roue, similaire à un vélo traditionnel.
  • ❌ Le petit – : si votre système de transmission se fait par chaîne et non par courroie, le moteur central tire sur cette première et entraîne une usure plus rapide que sur un vélo classique (à l’inverse d’un moteur roue qui active directement la roue et non la chaîne).

Les arguments en faveur d’un moteur roue :

Comme on le disait plus haut, la différence entre un moteur pédalier et un moteur roue se joue aussi lors des changements de vitesse.

  •  Les petit + : le prix plus abordable d’un moteur roue par rapport à un moteur pédalier. Certains moteurs roue permettent également de recharger partiellement la batterie au moment du freinage, ce qui n’est pas le cas des moteurs pédalier.
  • ❌ Le petit – : en raison du poids supplémentaire sur la roue (poids de l’usager + sacoches), celle-ci est davantage sollicitée entraînant de possibles complications (rayons susceptibles de se casser ou risques de crevaisons) si le fabricant n’a pas intégré ce besoin de renforcement dans la conception du vélo.

Moteur roue avant ou roue arrière ?

Roue avant :

Le moteur « roue avant » décrit les moteurs situés au niveau de la partie centrale de la roue avant du vélo. Élémentaire nous direz-vous ! C’est ce qu’on appelle le moyeu. Encore aujourd’hui, ce sont les moteurs les plus vendus sur la planète en raison de leur bon rapport qualité / prix. 🤑

Moteur roue avant

Compte tenu de la position du moteur, vous ressentirez une traction à l’avant, très efficace sur du plat ou des reliefs intermédiaires. En revanche, si vous attaquez une côte assez costaude, le moteur roue avant risque d’être un peu léger, voire insuffisant.

Du côté de l’installation, c’est plutôt facile. Par contre, on vous le dit tout de suite, si vous devez changer la roue, cela vous demandera quelques ajustements. Si vous faites face à une crevaison, il vous faudra déconnecter le câble moteur puis décrocher la roue pour remplacer la chambre à air.

Roue arrière :

Le moteur roue arrière pourra, de prime abord, ne pas vous attirer tant la liste de ses petits inconvénients est longue. Enfin, on est quand même là pour tout vous expliquer, alors lisez jusqu’au bout.

Déjà, le moteur roue arrière n’est pas compatible avec les vitesses internes dans le moyeu. Pourquoi ? Parce qu’elles sont situées à l’intérieur du moyeu arrière, c’est-à-dire, au même emplacement que celui prévu pour le moteur. Oups ! 🤷‍♀️

Ensuite, vous pouvez l’imaginer, la traction arrière s’exerce, avec une sensation d’être poussé dans le dos. Très sympa, sauf si vous rajoutez du poids à l’arrière (avec un porte-bébé par exemple).

Par contre, si vous aimez la conduite dynamique, réactive et nerveuse, c’est ce modèle qu’il vous faut choisir. Un détail cependant, la nervosité dépend du couple principalement. De nombreux moteurs centraux ou à l’avant sont plus nerveux que des moteurs arrière.

Fin de la partie, cet article spécial moteur VAE est déjà fini et on espère qu’il vous a plu ! Notre équipe Cyclofix vous le dira toujours : choisissez en fonction de vos habitudes et de vos objectifs ! Mais, si on devait quand même vous conseiller un type de moteur en particulier, ce serait le moteur pédalier pour sa fiabilité, sa performance, son confort de conduite et sa facilité d’entretien. Un excellent compromis et un choix peu risqué. 😉

guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires