Guides et conseils

Le vélo gravel, c’est quoi et comment s’y mettre ?

Temps de lecture : 6 minutes

Aussi prononcé « graveul » par certains pratiquants, le gravel désigne en même temps une discipline cycliste entre la route et le tout terrain, mais également un type de vélo. Cette pratique a le vent en poupe depuis quelques années. Elle fédère les cyclistes autour d’un esprit de liberté, d’un besoin de nature et d’une envie de pratiquer le vélo sans prise de tête. En bref : la recette gagnante pour les cyclistes urbains en manque de verdure !  

Mais qu’est-ce que le gravel ? Allez, on vous embarque pour découvrir l’esprit, et on vous partage nos conseils pour choisir votre vélo et débuter cette discipline off-road. 

Qu’est-ce que le gravel et pourquoi c’est cool ? 

Imaginez-vous sur votre vélo, les cheveux au vent, en train de pédaler sur la route. Soudain, votre regard croise un petit chemin à travers champ, calme et bucolique. Vous décidez de l’emprunter. C’est ça le gravel, la liberté de rouler partout, même quand il n’y a plus de route, et aussi de s’habiller comme on veut ! En gravel, le dress code est clairement à la cool. La tendance du moment est à la chemise de bûcheron en automne, et la chemise hawaïenne en été. 

Même si l’on ne peut pas donner une date précise, on peut néanmoins estimer que le gravel a « officialisé » son existence dans les années 2010. La commercialisation d’une flotte de nouveaux vélos baptisés gravel marque en effet l’entrée plus ou moins officielle du gravel dans le vélo. Mais cela ne veut pas dire que le gravel n’existait pas avant cette date, et qu’on ne faisait pas crisser le gravier ! Le berceau du gravel ? Les États-Unis où sont organisés depuis des années des courses et événements dédiés à cette discipline off-road. 

💡 Bon à savoir : L’UCI (Union Cycliste Internationale) a reconnu en 2022 le gravel comme une discipline cycliste à part entière. Elle l’a intégré parmi son calendrier international de courses et organisé les premiers mondiaux de gravel. Bien avant cela, des courses étaient organisées, mais elles n’étaient pas officiellement reconnues par l’UCI.

Enfin, le gravel se prête aussi bien au bikepacking (la version vélo du backpacking). De nombreux vélos de gravel possèdent des œillets pour fixer différents accessoires : porte-bidon, porte-bagage, rack avant, etc. 

Gravel, ça veut dire quoi ?

Le mot « gravel » signifie gravier en anglais. Un nom simple et efficace qui annonce la couleur. 

Quelles sont les caractéristiques d’un vélo de gravel ?

Pauline a craqué pour un gravel beaucoup trop beau

Le gravel mélange à la fois vélo de route et vélo tout chemin. La géométrie du vélo de gravel ressemble à celle d’un vélo de route ou d’un cyclocross. Elle est adaptée pour affronter différents types de terrains. 

Voici les particularités d’un gravel bike :

  • un guidon plus évasé,
  • des haubans (les branches à l’arrière du cadre entre lesquelles passe la roue) moins étroits pour accueillir des pneus plus larges,
  • des freins à disque (plus puissants et fonctionnels même dans la boue),
  • des perçages sur le cadre pour accrocher vos sacoches de bikepacking, gourdes et accessoires, 
  • un développement adapté (ensemble cassette + plateau), 
  • des roues en 700 ou 650b,
  • des pneus avec une section (largeur) comprise entre 30 et 50 mm et un profil (des crampons) plus ou moins prononcé selon votre pratique (100 % off-road, 50/50 route bétonnée et chemins). 

Le vélo peut posséder un ou deux plateaux. Comme en VTT ou en cyclocross (CX pour les intimes), la tendance est tout de même au mono plateau avec une cassette arrière adaptée. 

💡 Bon à savoir : Ayez toujours une patte de dérailleur (la pièce qui maintient le dérailleur à votre cadre) de rechange. En gravel, il est plus facile de la tordre, voire de la casser. Si vous faites du bikepacking, emportez la patte neuve avec vous. Un pépin mécanique peut facilement ruiner des vacances à vélo.

Comment choisir son vélo de gravel ?

L’avantage d’acheter un vélo gravel, c’est qu’on peut s’en servir un peu pour tout, aussi bien en vélotaf que pour son utilisation de base, soit faire chanter le gravier. Si vous avez envie d’une monture polyvalente, c’est donc un excellent choix. 

Choisissez votre gravel selon :

  • votre taille, 
  • votre pratique (sport, voyage, vélotaf, etc.), 
  • la transmission (mécanique ou électrique, Shimano, Sram, Campagnolo, etc.),
  • votre budget.

Bon OK, la couleur aussi c’est important. Autant qu’il vous plaise ce gravel ! 🤩

Maintenant quelques conseils :

  • Privilégiez un vélo avec de nombreux perçages sur le cadre pour le voyage, ou si vous souhaitez monter des sacoches pour transporter vos affaires en ville. 
  • Un vélo carbone est plus léger qu’un vélo en aluminium. Par contre, ce n’est pas le même budget. 
  • Vérifiez le type de montage des pneus vendus avec le vélo (tubeless sans chambre à air ou avec chambre à air dit tubetype). Choisissez le système avec lequel vous êtes le plus à l’aise : on vous donne notre avis ci-dessous ! 
  • Consultez le poids du vélo. 

💡 Demandez au vélociste de régler votre position pour gagner en confort. Pour un vélo acheté sur Internet, offrez-vous une étude posturale. 

Quelle pédale utiliser sur son vélo pour faire du gravel ?

Pour débuter, commencez par des pédales plates. Elles vous permettent de rapidement poser le pied à terre et de descendre facilement de votre vélo. Certains passages sont parfois techniques. Et puis comme dirait l’autre « on n’est pas là pour souffrir okay ?! ». 

Lorsque vous vous sentez à l’aise, envisagez l’achat de chaussures avec des cales et des pédales automatiques de type SPD, un modèle de pédale utilisé en VTT. Avant de vous aventurer dans la pampa pour réveiller les marmottes, testez-les avant. Il existe des modèles mixtes : d’un côté, c’est cales automatiques et de l’autre c’est plat, comme une pédale classique. 

Rassurez-vous : il n’y a pas un seul cycliste, sauf Chuck Norris of course, qui n’est pas tombé lors du passage aux pédales automatiques. P’tit tips : réglez au minimum la tension de vos pédales pour déclipser rapidement, et prendre le coup main en limitant le risque de chute. 

Quels pneus de vélo choisir pour faire du gravel ?

Vous allez avoir besoin d’adhérence pour les petits chemins. Privilégiez des pneus gravel avec des crampons plus ou moins prononcés selon le type de terrain où vous roulez (boue, chemin de gravier sec, route, etc.). Prenez des pneus avec une largeur comprise entre 30 et 50 mm, et assurez-vous qu’ils passent bien entre les haubans. 

☝️ Pour le style, si Cristina Cordula faisait du gravel, elle vous dirait de choisir « des pneus avec des flancs crème ma chérie ! ». 

Pneu avec chambre à air ou tubeless pour faire du gravel ?

C’est en général vers le tubeless qu’on va donc se diriger pour le gravel. Pourquoi ? Le tubeless supporte une pression de gonflage plus basse, ce qui améliore votre confort à vélo. En effet, le pneu s’aplatit davantage sur le sol et vous offre une meilleure adhérence. Ce système résiste mieux à la crevaison puisque quand vous percez, le liquide vient colmater le trou. Qu’on s’entende là-dessus : si c’est un cratère, ne vous attendez pas au miracle et utilisez une mèche, ou une chambre à air pour rentrer chez vous.

Néanmoins, l’association pneu de gravel + chambre à air (dite tubetype) fait elle aussi très bien le job. Vous pouvez miser sur des chambres à air plus résistantes pour diminuer le risque de crevaison. 

☝️ Vérifiez que vos roues et pneus sont compatibles avec un montage tubeless.

Quel matériel utiliser pour débuter en gravel ?

Voici ce dont vous avez besoin :

  • Un vélo gravel, VTT ou de cyclocross en bon état de fonctionnement
  • Equipé de pneus crantés d’une largeur de section comprise entre 30 et 50mm
  • Un casque
  • Des gants ou mitaines
  • Un kit de réparation en cas de crevaison (pompe, chambre à air, démonte-pneu, mèche pour tubeless)
  • Des lunettes
  • Un GPS vélo ou un smartphone
  • Un cuissard pour éviter d’avoir mal aux 🍑
  • Des lumières avant et arrière
  • Une sonnette pour réveiller les marmottes
  • Une chemise de bûcheron pour le style (non homologuée UCI)

Comment bien débuter en vélo de gravel ? Nos 10 conseils

  1. Mettez toujours un casque et protégez vos mains avec des gants. 
  2. Commencez par des petits circuits en forêt que vous connaissez et augmentez la distance progressivement. 
  3. Ne vous mettez pas la pression. Il y a une descente trop pentue avec du gravier ? Mettez pied à terre. Le gravel, c’est aussi un peu de randonnée quand le chemin devient impraticable. Pareil pour les pédales automatiques : chaque chose en son temps. 
  4. En parlant de pression, gonflez vos pneus en respectant le nombre de bars. 
  5. Évitez les lunettes de soleil avec des verres trop sombres dans les bois. On voit moins bien les reliefs. 
  6. Emportez des antihistaminiques en été et au printemps. Bzzzz 🐝
  7. Mettez dans vos poches ou sacoches quelques ravitos en cas de fringale. 
  8. Comme en vélo de route, pas de slip ou culotte sous le cuissard ! 
  9. Roulez en groupe avec des cyclistes plus confirmés et profitez de leurs conseils.
  10. N’oubliez pas que l’objectif, c’est de se faire plaisir ! 

💡 Bon à savoir : Trouvez des itinéraires ou faites les vôtres en utilisant les applications Strava, Komoot ou encore Garmin. De l’automne au printemps, consultez aussi le calendrier des jours chassés dans votre coin si vous comptez faire un tour en forêt.

guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires