Guides et conseilsGuides vélos électriques

Comment choisir son vélo à assistance électrique (VAE) ?

Temps de lecture : 8 minutes

Les vélos à assistance électrique (VAE) sont désormais partout et font de nouveaux adeptes chaque année. Pour répondre à la demande, les marques proposent aujourd’hui de nombreux vélos électriques adaptés au profil de chaque utilisateur. 

Alors comment choisir son vélo à assistance électrique ? Quel modèle est fait pour vous ? Quels sont les critères à prendre en compte ? On vous dit tout sur le vélo à assistance électrique, et on vous aide à y voir plus clair parmi les différents modèles.

Qu’est-ce qu’un vélo à assistance électrique ?

Le vélo à assistance électrique (VAE) est un vélo hybride qui avance grâce à l’énergie du cycliste couplée à celle d’un moteur électrique. Rien de bien sorcier, juste une histoire de mécanique ! Maintenant, comment ça marche ? C’est l’action de pédaler qui déclenche le moteur et permet ainsi de faire avancer le vélo. De la même manière, l’arrêt du pédalage déclenche l’arrêt de l’assistance électrique. Un VAE n’est donc pas une mobylette ! 

Un VAE se compose : 

  • d’un moteur et d’un contrôleur (le cerveau de la motorisation du vélo), 
  • d’une batterie rechargeable,
  • d’une console de commande. Située la plupart du temps sur le guidon, la commande indique le niveau de charge de la batterie, vous permet d’allumer ou d’éteindre l’assistance électrique ainsi que de régler les différents niveaux d’aide,
  • d’un capteur de vitesse qui permet d’ajuster l’assistance moteur ou la couper 
  • d’une selle et de deux roues, pédales etc., parce que ça reste un vélo quand même, n’oublions pas !

Comment choisir un vélo à assistance électrique ?

Lors de l’achat de votre vélo à assistance électrique, pensez à toutes les choses que vous souhaitez faire avec : aller au travail, trimballer votre tribu, partir en balade en forêt le week-end, gagner le Tour de France (#dopagemécanique), partir le plus vite possible d’un date raté… Promis, on ne vous juge pas !

Le VAE se choisit en fonction de vos besoins mais il faudra regarder plusieurs critères très importants, qui feront souvent la différence côté budget :

  • autonomie de la batterie : de 30 à 180 km selon les modèles,
  • confort d’utilisation : moteur, position sur le vélo, accessoires pour transporter vos enfants ou charger vos courses,
  • durabilité : votre vélo doit avoir été pensé pour durer dans le temps. On veut du solide et du durable !
  • réparabilité : on sait de quoi on parle… Avec l’essor du marché, nombreux sont les vélos électriques de moyenne facture à voir le jour. Au premier pépin, impossible de le réparer… On fait donc très attention !
  • sécurisant : les VAE ont des caractéristiques particulières, que ce soit par leur poids plus élevé ou la vitesse moyenne à laquelle vous allez rouler. Un bon VAE se doit donc d’être construit avec des équipements adaptés à cette utilisation 

☝️ Vous trouverez de nombreux modèles de VAE disposant d’un cadre ouvert ou col de cygne ; ces cycles sont souvent identifiés comme des vélos pour femmes. Que nenni ! Ce type de cadre n’est pas uniquement réservé aux femmes, mais ravira également les messieurs en costume qui pourront enfourcher aisément leur vélo pour se rendre au bureau.

Quel modèle de vélo électrique choisir ?

Il existe aujourd’hui des vélos à assistance électrique pour toutes les pratiques :

  • vélo cargo, triporteur et longtail : ce vélo est idéal pour transporter des enfants, un panda, des courses, ainsi que des grosses charges.  
  • vélo de ville ou urbain : idéal au quotidien, pour se rendre sur son lieu de travail, quelle que soit la distance,
  • vélo électrique pliant : pratique, à emporter partout avec soi, ne prend pas trop de place si on n’a pas de garage, autorisé dans les transports en commun quand ça drache sévère (généralement en dehors des périodes d’affluence),
  • vélo tout chemin et gravel : pour un usage quotidien en ville, mais aussi en balade off-road,
  • vélo tout terrain (VTT) : pour une pratique sportive et dévaler les pentes, 
  • vélo de route : pour la pratique sportive du cyclisme sur route et l’ascension de col en cas de blessure ou quand c’est dur de suivre les copains par exemple.

👉 Découvrez notre guide pour acheter un vélo cargo.

Choix du VAE : quels sont vos besoins ?

Bien choisir son vélo, c’est avant tout bien connaître son trajet et ses besoins niveau autonomie. Le cycliste qui utilise tous les jours son VAE pour ses petits trajets du quotidien en ville n’a pas le même vélo électrique que le féru de pentes raides et escarpées qui roule des heures chaque week-end. Pareil si vous transportez vos enfants tous les jours ou faites vos courses. 

Pour vous aider, voici trois exemples :

  • Vous empruntez principalement des routes plates et faites très peu de kilomètres ? Un VAE avec un moteur situé dans la roue avant et une petite batterie est idéal pour vous.
  • Si, au contraire, votre trajet comporte de nombreuses montées et que le nombre de kilomètres est plus important, misez sur un moteur central avec une batterie moyenne ou supérieure.
  • Votre vélo électrique est votre mode de transport principal pour amener un enfant à l’école, aller au bureau et faire quelques courses ? Il vous faut un bon vélo solide, muni d’un porte-bagage arrière et idéalement avant. Plusieurs enfants et grosses courses ? Le vélo cargo est fait pour vous.

Et pour vraiment vous aider, nous vous conseillons plusieurs modèles de vélos électriques selon votre budget :

💡 Vous pouvez perdre jusqu’à 30% d’autonomie avec des pneus sous-gonflés ! Gonflez vos pneus de façon régulière pour éviter la panne ou le sentiment d’impuissance… Grâce à une pompe avec un manomètre, gonflez à la bonne pression. Le nombre de bars est indiqué sur le flanc du pneu.

VAE avec moteur roue avant, roue arrière ou central (pédalier) : quelles différences ?

Le moteur des vélos à assistance électrique peut être situé sur la roue avant, la roue arrière ou encore au niveau du pédalier. Selon la position du moteur, le vélo possède différents avantages et inconvénients. 

☝️ Bon à savoir : en Europe, les moteurs sont limités à une puissance nominale de 250 watts suite à la directive 2002/24/EC. Au-delà, on rentre dans la catégorie des Speed Bikes.

Le moteur roue avant

On parle de moteur roue avant lorsque le moteur se trouve dans le moyeu de la roue avant. Ce dernier propulse votre vélo grâce à des capteurs de pression situés au niveau du pédalier. Ce type de moteur économique en termes de conception est à conseiller pour une pratique urbaine légère, entre 5 à 10 km par jour, avec très peu de côtes.

Les avantages : 

  • coût du vélo moins élevé,
  • nécessite moins d’entretien,
  • aucune contrainte ni charge sur la roue arrière.

Les inconvénients :

  • démarrage abrupt dans les côtes et sous la pluie,
  • manque de stabilité en virage dû au poids de la roue avant,
  • Assistance moins précise,
  • Parfois, un poids de vélo plus conséquent.

Le moteur roue arrière

Situé dans le moyeu de la roue arrière, le moteur fonctionne de la même manière que lorsqu’il est placé sur la roue avant, à la différence près qu’il déplace le poids vers l’arrière. 

Les avantages : 

  • coût du vélo moins élevé,
  • démarrage et roulage plus linéaire,
  • meilleure motricité.

Les inconvénients :

  • choix limité des systèmes de transmission (dérailleur),
  • poids du vélo souvent plus conséquent vers l’arrière.

Le moteur central, également appelé moteur pédalier

Dans le cas d’un moteur central, celui-ci est positionné au niveau du pédalier du vélo et directement intégré au cadre. Malin ! Il permet une meilleure transmission de l’effort entre vous et le moteur grâce à un trajet réduit de l’information au moteur. 

Le moteur central est également muni de divers capteurs afin d’ajuster au mieux la puissance que délivre le moteur. Pour faire simple, en appuyant fort sur les pédales, la puissance du moteur sera plus importante. Au contraire, si votre pression sur la pédale est plus légère, l’assistance électrique sera moindre. La sensation de pédalage est plus naturelle avec un moteur dans le pédalier. 

Les avantages : 

  • performance optimale,
  • poids du vélo plus équilibré,
  • bonne stabilité,
  • meilleure longévité car le moteur est mieux protégé.

Les inconvénients :

  • prix plus élevé à l’achat car il équipe des modèles haut de gamme,
  • Plus de stress sur les composants et notamment la chaîne
  • coût d’entretien des pièces électriques assez élevé, selon les modèles.

La batterie du VAE ⚡

L’électricité du VAE provient d’une batterie qui est installée sur le porte-bagage arrière du vélo, directement sur le cadre voire même dans le cadre. Vous trouverez des batteries avec des autonomies différentes, ainsi que des formats adaptés à chaque vélo. La batterie d’un VAE est essentielle pour faire fonctionner votre vélo. Sa technologie influence aussi le prix du vélo. 

Comment recharger sa batterie de VAE ?

La batterie d’un vélo à assistance électrique se charge à l’aide d’une simple prise branchée sur le courant. Les batteries sont aujourd’hui pourvues de lithium comme votre smartphone ou PC. Elles ont ainsi une espérance de vie plus ou moins longue suivant leur qualité. La manière dont vous allez la charger ou la stocker impacte également son espérance de vie. On parle de « cycles de charge » pour estimer la durée de vie d’une batterie. 

Quatre conseils : 

  1. Les batteries au lithium cassent un peu nos préjugés sur les batteries : il vaut mieux la recharger dès qu’on l’utilise, mais ne pas la laisser sur secteur. Une batterie au lithium est idéalement conservée autour des 80% de charge.
  2. Ne stationnez pas votre VAE en plein soleil ou sinon retirez la batterie.
  3. Vous n’utilisez pas votre vélo pendant plusieurs mois ? Chargez votre batterie à 80-100 % avant de la stocker. Certains constructeurs proposent des modes veille en cas de non utilisation prolongée. 
  4. N’exposez pas votre batterie à de basses températures (autour des 3 degrés) trop longtemps, sous peine d’endommager les cellules.

💡 Il existe aujourd’hui des services de reconditionnement de batterie permettant de garder votre vélo plus longtemps grâce à un équilibrage ou un remplacement des cellules ! C’est le cas de notre partenaire Doctibike

Le calcul de l’autonomie d’une batterie

Afin de vous éviter la panne électrique sur le bord de la route, choisissez un vélo avec une autonomie adaptée à vos besoins (kilomètres, type de route et charges). Et comme on est sympa, on a fait le calcul pour vous.

Prenons l’exemple d’une batterie BOSCH de 36 V avec 11 Ah. Sa puissance se calcule par : 36 x 11 = 396 Wh, ce qui donne une batterie avec une autonomie de 400 Wh.

Mais concrètement, à quoi ça correspond ?

Si votre batterie a une capacité d’environ 300 Wh, comptez une autonomie de 40 à 60 km. 

Pour une batterie de 400 Wh, comptez entre 60 et 80 km d’autonomie. Enfin, pour une batterie de 500 Wh et plus, votre autonomie est estimée entre 80 et environ 140 km. Bosch a créé un simulateur d’autonomie très ludique, que vous pouvez retrouver ici

💡 Vous ne savez plus quand vous avez fait votre derrière charge ? Jetez un coup d’œil sur la console de commande. Elle indique le niveau de charge de votre batterie, en pourcentage ou grâce à des voyants lumineux.

Les aides à l’achat d’un vélo à assistance électrique

Bonne nouvelle ! Si vous souhaitiez investir dans un VAE, mais que le prix vous refroidit, sachez qu’il existe des aides ou primes à l’achat d’un vélo à assistance électrique. Ces aides dépendent du type de vélo électrique et de l’endroit où vous habitez. Leur montant peut grimper jusqu’à la somme non négligeable de 1000 € pour l’achat d’un vélo cargo électrique. Ce serait dommage de rouler à côté de l’occasion !

Pour consulter les aides, rendez-vous sur notre article dédié à ce sujet !

💡 Dernier conseil : vérifiez régulièrement l’usure de vos plaquettes ou patins de freins. En effet, ces pièces s’usent plus rapidement sur un VAE en raison du poids important du vélo et de la puissance du moteur.

Suivre les commentaires
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires